Brèves

Rencontre préparatoire

Son Excellence Jaya Ratnam, Ambassadeur de Singapour et Cécile Jodogne, Secrétaire d'Etat au Commerce extérieurEn vue d’une importante mission économique à Singapour et en Chine qui débutera ce 21 avril, la secrétaire d’Etat Cécile Jodogne a rencontré ce matin l’Ambassadeur de Singapour pour la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg et l’Union Européenne, son Excellence Jaya Ratnam.

Ce sera notre première mission économique à Singapour depuis novembre 2014. L’intérêt de nos entreprises exportatrices pour le marché singapourien est marqué, avec près de 2000 entreprises qui déclarent être concernées ces échanges commerciaux.

Toutes les informations à propos de la mission à paraître prochainement sur ce site.

Un parcours santé sans incidents

Plan de promotion de la santé bruxellois

Mission accomplie pour le transfert de la compétence « Promotion de la Santé » édicté par la 6ème réforme de l’Etat.

La Ministre de la santé Cécile Jodogne a enchaîné les étapes pour donner un cadre de travail clair à l’administration (Service public bruxellois francophone - SPFB) comme aux services et acteurs de terrain du secteur.

Un parcours politique, législatif et administratif mené en toute transparence et concertation : phase de transition, concertation avec les intervenants, élaboration du Décret, présentation au gouvernement et au parlement, décrets d’application et plan stratégique 2018-2022, appel à projets, sélections et décision d’attribution des subventions aux opérateurs.

Inégalités dans l'accès aux soins: "on s'oublie quand on est parent"

Comme le relatait ce 9 avril 2018 le JT de 19h30 de la RTBF, les femmes amenées à gérer les dépenses importantes de santé pour leur famille ont tendance à mettre leur bien-être entre parenthèses et à reporter leurs soins. 5 femmes sur 10 interrogées dans le cadre du sondage RTBF/Le SOIR affirment avoir dû déjà postposer achats de médicaments ou consultations.

Les charges qui pèsent sur les femmes vivant des situations familiales et financières précaires sont telles que parfois le point de rupture peut être atteint (dépression, burn-out, sans-abrisme).

C’est alors toute une reconstruction qui est nécessaire pour relever la tête.  En Région bruxelloise des associations travaillent au quotidien pour leur permettre de se reprendre en main. DoucheFLUX adapte ses services aux femmes afin de leur en faciliter l’accès.

Notre Plan de Promotion de la santé inclut des actions spécifiques en direction des femmes pour la réduction des inégalités dans l’accès aux soins de santé. En outre des subventions ponctuelles sont accordées : sur ma proposition le Gouvernement francophone bruxellois vient d’accorder une subvention à DoucheFLUX pour des aménagements et adaptations des structures d’accueil afin que les femmes puissent s’y sentir mieux.

https://www.rtbf.be/auvio/emissions/detail_journal-televise-19h30?id=5

La suite des travaux est reportée sine die, en l'absence de PV du comité de direction

BRUXELLES 20/03/2018 (BELGA)

La commission spéciale du parlement bruxellois chargée de se pencher sur la gestion du Service d'Incendie d'Aide Médicale Urgente de la capitale a décidé de reporter la suite de ses travaux sine die. Motif: elle attend toujours les procès-verbaux des réunions du Comité de direction.Cette décision, prise mardi à la suite de l'audition de deux inspecteurs des finances, a été confirmée par le président de la commission Marc-Jean Ghyssels (PS). La commission a demandé au président du parlement Charles Picqué d'insister auprès du gouvernement bruxellois afin qu'il veille à la transmission rapide de ces documents. Les commissaires doivent encore entendre la représentante de la secrétaire d'Etat Cécile Jodogne, ainsi que les ministres et secrétaires d'Etat qui ont successivement assumé la compétence de la gestion politique du SIAMU. Ils ne veulent toutefois pas le faire avant d'avoir eu accès à ces documents. Le SIAMU attend toujours l'avis qu'il a sollicité au début du mois auprès de la Commission d'Accès aux Documents administratifs (CADA) sur ces demandes. Le parlement régional a souhaité recevoir entre autres les procès-verbaux des réunions du conseil de direction du SIAMU à partir de 1999, des réunions syndicales, les documents du service de prévention et de protection au travail, ... Le SIAMU n'a pas refusé net, mais il estime que des questions se posent quant au respect de la vie privée, au secret des délibérations au sein des organes de gestion ainsi qu'à une éventuelle atteinte à la recherche ou la poursuite de faits punissables. La CADA a trente jours pour répondre. Le report des travaux a eu le don d'irriter le chef de file de l'opposition libérale, Vincent De Wolf. Il a souligné avoir demandé à plusieurs reprises la communication des PV des conseils de direction avant que ne soit interrogée la secrétaire d'Etat Cécile Jodogne, actuellement en charge du SIAMU, et sa représentante au comité de direction. Toujours selon Vincent De Wolf, la secrétaire d'Etat a répondu qu'elle mettait cette demande de documents sur la table du gouvernement, et a demandé au SIAMU de répondre alors même que ces documents sont en possession du gouvernement.

Les commissaires passent au crible les asbl gravitant autour du corps des pompiers

BRUXELLES 13/03/2018 18:39 (BELGA)
La commission spéciale du parlement bruxellois chargée de se pencher sur la gestion du Service de l'Incendie de l'Aide Médicale Urgente de la capitale a passé mardi au crible la gestion des asbl gravitant autour de ce service.

Au-delà d'une série d'éclaircissements, les auditions du jour n'ont pas apporté d'éléments neufs significatifs sur d'éventuels conflits d'intérêts personnel de la part d'hommes du feu qui y ont exercé une fonction. Ce n'est pas pour autant faute, dans le chef des membres de la commission, d'avoir posé des questions en suffisance: la longueur des échanges a engendré un report de l'audition de deux inspecteurs des Finances, initialement prévue mardi après-midi également.

Trois des quatre asbl dont des responsables étaient invités à témoigner ont trait à la formation des (futures) recrues: les associations "Jeunes Sapeurs Pompiers de Bruxelles (JSPB)"; l'"Ecole du feu"; et l'Institut de Formation en Aide médicale urgente (IFAMU). La quatrième gère le "Service Social" du SIAMU. Chacune de ces asbl a tenu une comptabilité à jour. Les CA des asbl de formation sont composés, entre autres d'un représentant du/de la ministre ou secrétaire d'Etat en charge du SIAMU, de l'officier chef de service et d'un officier coordinateur. Ces mandats ne sont pas rémunérés.

Selon Ivo De Vijver, directeur de l'école du feu jusque l'année dernière, les règles sont très strictes sur le plan de la gestion financière. Les documents doivent tous avoir au moins deux signatures différentes et sont contrôlés par le trésorier et un commissaire aux comptes. Chez les Jeunes Sapeurs Pompiers de Bruxelles, la formation, organisée le mercredi et le samedi, est ventilée sur trois ans. Le recrutement des instructeurs se fait au sein du corps des pompiers, au près des détenteurs au minimum du grade de caporal, a expliqué le directeur des JSPB, Dominique Depasse.

D'après lui, les formateurs, qui comme ailleurs ne peuvent prester à ce titre durant leurs heures de garde sont rémunérés à hauteur de 35 euros par jour depuis dix ans. Ces asbl bénéficient de subventions publiques pour fonctionner. M. Francis Verdeyen, directeur faisant fonction de l'Ecole du feu d'août 2014 à août 2016) a pour sa part affirmé qu'il n'y avait pas de conflit d'intérêt personnel entre l'un ou l'autre formateur et les fournisseurs d'équipements, voire de service, à l'Ecole. Ivo De Vijver, déjà entendu lors d'une audition parlementaire précédente en tant qu'ex-officier chef de service, a répété qu'il n'avait jamais eu de contact direct avec la Cour des Comptes dont les représentants avaient affirmé, en commission, il y a quelques semaines avoir été éconduits dans leurs demandes d'informations complémentaires.

La commission spéciale entendra deux inspecteurs des Finances mardi prochain. La semaine suivante, ce sera au tour des ministres successivement en charge du SIAMU, à condition toutefois que les députés de la commission aient reçu entretemps les documents qu'ils ont sollicités.

SIAMU : Une administration largement en sous-effectifs depuis la naissance de la Région

BRUXELLES 06/03/2018 18:42 (BELGA)

L'administration des pompiers s'est trouvée constamment en sous-effectifs depuis la naissance de la Région bruxelloise. Cela a notamment eu pour conséquence que les marchés publics ont été gérés durant plusieurs années de bout en bout par des officiers pompiers du service opérationnel, est-il ressorti mardi de l'audition de sept membres actuels ou anciens de l'encadrement des pompiers bruxellois.

Les membres de la commission spéciale du parlement bruxellois chargée de se pencher sur la gestion des marchés publics au sein du SIAMU de la capitale ont notamment entendu mardi un ancien directeur général-adjoint; un ex-responsable financier et comptable; un juriste et un spécialiste des marchés publics engagés il y a un an; le directeur des ressources humaines et le responsable du service interne de prévention.

Si l'on en croit Francis Boileau, directeur-adjoint du SIAMU jusqu'en 2010, du temps de la défunte Agglomération bruxelloise, le service était déjà pourvu d'un cadre administratif limité, mais il bénéficiait d'un soutien administratif des services centraux de ladite Agglomération notamment lorsqu'il s'agissait de créer de nouvelles casernes moyennant des procédures très compliquées.

Toujours selon Francis Boileau, dès les débuts de la Région bruxelloise, les efforts de renforcement de l'administration par la Région ont été très limités. Sur le terrain, la gestion administrative est donc restée, tout au long de son mandat, aux mains des pompiers depuis l'établissement de cahiers des charges jusqu'à la livraison de commandes. A ses yeux, on a appliqué le statut des Organismes d'Intérêt Public au SIAMU (ndlr: comme Bruxelles Environnement, Citydev.brussels, la STIB, ...) à partir de 1996 comme dans une seule des 250 autres zones de secours du pays (ndlr: l'intercommunale liégeoise dirigée par Stéphane Moreau jusqu'en 2005).

Il faut se demander si ce statut était le bon pour un service qui n'est nullement comparable aux autres. Kurt Vermeulen, spécialiste des marchés publics, engagé en janvier de l'année dernière a confirmé avoir constaté, à son arrivée, que tout cela avait eu pour effet de priver le SIAMU de toute structure digne de ce nom pour gérer les marchés publics.

 M. Vermeulen a ajouté s'être aussitôt mis au travail pour établir une check-list, une procédure et donner des formations en la matière. (INT, POL, JDD, OCH, fr)

SIAMU : renforcement des effectifs de garde

Cet après-midi, le conseil de direction des pompiers de Bruxelles a décidé d’augmenter l’effectif du personnel de garde de 12 pompiers-ambulanciers pour une période de test de 3 mois. Il répond ainsi à la demande du personnel opérationnel d’augmenter l’effectif pour faire face à une charge de travail croissante.

Face à une charge de travail croissante, avec 5% de sorties d’ambulances supplémentaires sur les dernières années, le personnel opérationnel a demandé à pouvoir travailler avec un effectif renforcé 24/24h. Pour répondre à cette demande, le conseil de direction a décidé d’augmenter avec effet immédiat l’effectif de nuit et de week-end au niveau plus élevé de l’effectif de jour, ce pour une période de 3 mois. Cela signifie de facto un renforcement de 12 pompiers-ambulanciers pour l’effectif de garde.

Pendant ces 3 mois, un groupe de travail multidisciplinaire devra analyser les effets de cette mesure temporaire sur les casernes et avant-postes, les différentes fonctions, ainsi que l’effectif de base. Le groupe de travail sera chargé d’établir les critères, les indicateurs et la méthodologie à suivre. Après 3 mois, il soumettra au conseil de direction et aux syndicats ses propositions pour une organisation définitive de la garde. Le front commun syndical a marqué son accord avec cette proposition.

L’officier-chef de service f.f., le colonel du Bus de Warnaffe : “Je suis satisfait de la solution trouvée. Cette période d’essai de 3 mois permettra de calmer les esprits et de repartir sur les bases d’une analyse à jour et objective pour l’organisation du personnel de garde.