Dans les médias

18/02/2019

Extrait de l'article publié par La Libre le 16 février 2019

[…] De l’autre côté de la Manche, le message est bien passé : la Région bruxelloise fait partie des candidates prêtes à ouvrir grands les bras pour accueillir tous ces diffuseurs. Pendant plus d’une heure, Bruxelles a ainsi fait la liste de ses qualités d’hôte : tax shelter, construction d’une cité des médias au sein de la capitale belge, règlement moins strict dans l’emploi des langues que la Wallonie ou la Flandre pour les diffuseurs, flexibilité du travail dans le secteur audiovisuel de notre pays ou ces fameuses niches fiscales et autres rulings.

[…] À côté des campagnes jugées “plus agressives” de villes comme Amsterdam, Bruxelles a choisi la manière douce (en ciblant trois secteurs, les banques et assurances, les médias et la santé) pour attirer les entreprises britanniques sur son territoire dans le cadre du Brexit. Mais, même en y allant doucement, ce type de démarche prospective n’est pas toujours bien comprise au Royaume-Uni. “Allez-vous continuer longtemps à venir piller notre industrie ?” , demandera ainsi sèchement un représentant de l’agence Bloomberg à la secrétaire d’État bruxelloise Cécile Jodogne (Défi). “Bruxelles ne remplacera jamais la City de Londres, mais nous sommes une alternative complémentaire et crédible” , explique cette dernière. “Notre rôle est de vous sensibiliser en expliquant clairement les atouts concurrentiels spécifiques qu’offre notre Région. […]

13/02/2019

Extrait de l'article publié par La Libre le 13 février 2019

De son côté, Cécile Jodogne est plus claire à ce sujet. Et revendique la seconde place sur la liste Défi à la Région bruxelloise. "Je l’ai dit à Olivier Maingain : si je deviens la première femme sur notre liste régionale, je renonce à mon mandat d’échevine à Schaerbeek."

Lire l'article sur le site de La Libre

01/02/2019

Extrait de l'article publié par La Capitale ce 1er février 2019

[…] on a choisi de faire une communication très ciblée, sur certains secteurs spécifiques, pour lesquels on pensait que Bruxelles avait vraiment des atouts.  […]

À l’automne 2018, nous avons lancé une campagne à Londres, dans des médias professionnels, en se concentrant sur l’audiovisuel, le financier et les assurances et enfin le pharmaceutique. Ce sont trois secteurs qui ont besoin de garder une implantation dans un pays européen. Certaines entreprises ont déjà choisi Bruxelles. Donc oui, on suit ça de près. Je suis un peu la « Madame Brexit » de la Région. […]

Je crois que les Bruxellois ne se rendent pas assez compte de l’image positive que Bruxelles a à l’étranger. […]

[…] on me dit qu’on me voit moins que les autres. Mais je préfère me positionner sur mes actions. Et puis ces dernières années, on m’a vue davantage.

De 80 à 100 missions organisées chaque année

«[…] Deux priorités ont été fixées en dé-but de législature pour l’export : les entreprises bruxelloises de ser-vices (services juridiques ou ban-caires, formation, etc.) et l’Afrique, car, d’après la secrétaire d’État, «c’est un marché trop peu exploré par les entreprises, alors que c’est un marché proche et alors qu’on par-tage avec certains pays la même langue ».

«Les retours des entreprises sont plutôt positifs. Parfois, des entreprises nous indiquent qu’elles ont signé des contrats ou que des contacts se sont créés pour la suite.»

SIAMU

«[…] Il fallait refaire une structure hiérarchique claire, avec un chef et pas deux, clarifier le rôle de chacun. Les pompiers doivent travailler là où ils ont une plus-value, à l’opérationnel, pas à l’administratif. Mais c’est une ré-forme très, très lourde. Il y a énor-mément d’enjeux. On ne peut pas rattraper en trois ans ce qui n’a pas été bien fait pendant 20 ans.»

24/01/2019

Extrait de l'article publié par La Libre le 24 janvier 2018

On le sait, la Belgique pourrait être fortement impactée par un “Brexit dur”. L’inquiétude est vive dans les milieux économiques du pays, au nord comme au sud. […]

 La secrétaire d’État Cécile Jodogne (Défi), en charge du Commerce extérieur, a en effet convoqué ce jeudi matin à son cabinet la plateforme bruxelloise Brexit. Les membres des cabinets de Rudi Vervoort (ministre-Président, PS), Didier Gosuin (Économie et Emploi, Défi) et de Guy Vanhengel (Finance et Budget, VLD) ont également été conviés.

Objectif : faire le point sur les mesures prises (et encore à prendre) par la Région, en étroite collaboration avec les autorités fédérales et européennes. “Prendre les devants face à une telle incertitude pour les acteurs économiques était crucial” , explique Cécile Jodogne. Du côté de la Région bruxelloise, on ajoute que l’on a déjà envisagé tous les cas de figure concernant les travailleurs britanniques actifs en Région bruxelloise, en matière de permis de travail, d’accès à la profession et de reconnaissance des qualifications professionnelles, afin de permettre au moins temporairement le maintien de l’activité de ces ressortissants et de préserver la plupart des droits acquis. “J’ai également demandé à hub.brussels Invest&Export de poursuivre son travail de sensibilisation des entreprises exportatrices bruxelloises aux mesures à prendre afin de les préparer aux divers scénarios possibles” , ajoute encore Cécile Jodogne qui a également demandé une évaluation de l’impact d’un “Brexit dur” sur les finances régionales

20/12/2018

Extrait de l'article publié par La Capitale le 19/12/2018

 […] «Par ailleurs, les mesures proposées pour Bruxelles en compensation de la fermeture de la caserne de Liedekerke sont en effet trop maigres. La réforme prévoit notamment que ce soit le Siamu qui reprenne à sa charge une partie des missions de la protection civile. On nous a promis des moyens pour du personnel et du matériel, mais cela ne permettrait en rien d’assurer les missions de secondes ligne. À la place, le gouvernement bruxellois demande l’implantation d’une unité de protection civile en Région bruxelloise », explique Cécile Jodogne (DéFI), secrétaire d’Etat en charge du Siamu.

Lire cet article sur le site de La Capitale

14/12/2018

Extrait de l'article publié par Le Soir ce 14 décembre 2018

[…] Après avoir battu en brèche cette décision durant plus d’un an – un recours contre la réforme, non traité à ce jour, a notamment été déposé devant le Conseil d’État –, la secrétaire d’État bruxelloise en charge de la Lutte contre l’incendie et l’Aide médicale urgente, Cécile Jodogne (Défi), estime aujourd’hui qu’il est temps de sortir les « grands moyens ». C’est pourquoi, avec l’accord du gouvernement bruxellois, elle informera ce mercredi le comité de concertation (l’organe de discussion entre les ministres fédéraux, communautaires et régionaux) du dépôt d’une motion en conflit d’intérêts contre les arrêtés relatifs à la rationalisation des casernes. Dès sa réception par le fédéral, cette motion aura pour effet de geler pour 60 jours l’entrée en application de la réforme, et donc la fermeture des quatre casernes concernées.

Pour Cécile Jodogne, les mesures proposées pour Bruxelles en compensation de la fermeture de la caserne de Liedekerke sont en effet jugées trop maigres. Le plan de Jan Jambon prévoit notamment que ce soit le Siamu (le Service d’incendie et d’aide médicale urgente) bruxellois qui reprenne à sa charge une partie des missions de la protection civile. « On nous a promis des moyens pour un peu de personnel, un peu de matériel, mais cela ne permettrait en rien d’assurer les missions de secondes ligne » fait-elle savoir. À la place, la Région bruxelloise réclame l’installation d’une véritable caserne de la protection civile sur son territoire ou dans sa périphérie. Coût estimé, selon elle : 21 millions d’euros, auxquels il faut rajouter 15 millions d’euros de frais récurrents.

Avec le gel de l’entrée en application de la réforme, la Bruxelloise joue donc sa dernière carte pour tenter de renégocier à son avantage les textes avec le fédéral. Un rêve éveillé ? Alors que le poste de ministre de l’Intérieur vient d’échoir à Pieter De Crem (CD&V), Cécile Jodogne dit encore croire à la possibilité d’un virage à 180 degrés. « J’espère pouvoir attendre de sa part une attitude responsable. »

06/12/2018

Extrait de l'article publié par BX1 le 5 décembre 2018

[…] « La campagne a été lancé il y a peu, avec un site internet et des explications riches pour les entreprises localisées au Royaume-Uni », nous explique Cécile Jodogne dans l’Eurostar menant à Londres. « Mais notre projet a été lancé seulement quelques mois après le vote des Britanniques. Nous avons déjà lancé quelques séminaires auprès d’un public bien ciblé. Nous avons été en contact avec des associations professionnelles et des fédérations bien connues de divers secteurs. Ce n’est pas un travail lancé en toute hâte, loin de là ».

Trois secteurs ont donc été clairement identifiés, pour lesquels la Région bruxelloise organise donc des séminaires et une communication spécifiques. Ce sont ces secteurs que la capitale souhaite attirer sur le long terme : les finances et les assurances, les sciences de la vie, et l’audiovisuel. « Bruxelles n’est pas la plus grande ville d’Europe et n’a pas l’intention de remplacer la City », ajoute Cécile Jodogne. « Nous avons plutôt des ambitions sur des secteurs bien précis, qui nous ont été rapportés comme porteurs selon le rapport Buysse. Faire une campagne générale et publique n’aurait aucun sens dans ce cas. Bruxelles a des talents spécifiques et un écosystème favorable, c’est ce qu’on souhaite mettre en avant ».

[…] “Avec l’installation de ces nouvelles entreprises, nous allons pouvoir compter sur un écosystème économique encore plus fort. Et cet écosystème va indirectement amener d’autres entreprises et de nouveaux emplois”, assure Cécile Jodogne. […]

Lire cet article en ligne