Dans les médias

14/03/2019

Extrait de l'article publié par Le Monde le 13 mars 2019

[…] De leur côté, les grandes villes du continent ne ménagent pas leurs efforts pour attirer les capitaux hésitants.

[…] A ce jeu-là, une ville comme Bruxelles, où se négocie durement l’accord de sortie, espère bien s’inscrire sur la carte des bénéficiaires du Brexit. « La Llyods a déjà déplacé une quarantaine de personnes, et nous avons d’autres engagements », annonce Cécile Jodogne, la secrétaire d’Etat à la région de Bruxelles-Capitale chargée du commerce extérieur. Mme Jodogne a animé une douzaine de séminaires sectoriels à l’ambassade de Belgique à Londres pour attirer les entreprises. « Nous avons un immobilier trois fois moins cher qu’à Paris et nous sommes très bien reliés à Londres et aux autres villes européennes », détaille la secrétaire d’Etat. Sans oublier la proximité de « tout l’écosystème des institutions européennes ».

Lire l'article sur le site Le Monde (accès partiel pour les non-abonnés)

07/03/2019

Extrait de l'article publié par Trends Tendances du 7 mars 2019

Secrétaire d’Etat bruxelloise au Commerce extérieur, Cécile Jodogne mise sur le Brexit pour inciter les diffuseurs britanniques à ouvrir une antenne à Bruxelles. Cette initiative s’inscrit dans son projet de cité des médias qu’elle veut également construire en Région bruxelloise.

[…] Juste avant la mission économique princière au Mexique en février, Cécile Jodogne s’était rapidement rendue à Londres pour positionner une fois de plus Bruxelles dans le grand débat qui fait rage outre-Manche. Confrontées au problème du Brexit, plusieurs sociétés britanniques doivent en effet déménager une partie de leurs activités si elles veulent conserver certains avantages euro-péens. La secrétaire d’Etat bruxelloise au Commerce extérieur y mène donc une opération de séduction depuis quelques mois déjà. […]

[…] «Ce n’est pas une mince affaire, commente Cécile Jodogne. Aujourd’hui, le Royaume-Uni héberge sur son sol 1.400 des 4.600 chaînes de télévision et de vidéos à la demande qui diffusent dans l’Union européenne. La grosse majorité de ces 1.400 diffuseurs s’adresse à un public qui dépasse les frontières du Royaume-Uni. S’ils veulent continuer à toucher leur audience, ils doivent donc relocaliser une partie de leurs activités dans un des pays de l’Union. La Belgique et Bruxelles en particulier peuvent jouer ce rôle de relais de diffusion car notre capitale présente une série d’atouts non négligeables.»

[…] la secrétaire d’Etat bruxelloise au Commerce extérieur a donc repris son bâton de pèlerin pour vendre Bruxelles aux représentants d’une quarantaine de diffuseurs britanniques venus l’écouter à Londres […]

[…] Cécile Jodogne a dressé le portrait idéal d’une capitale belge qui se veut concurrentielle par rapport à d’autres candidates comme Paris, Luxembourg ou encore Amsterdam.

[…] le directeur général de la vénérable BBC avait en effet confié au Premier ministre Charles Michel son souhait d’établir prochaine-ment à Bruxelles le siège de ses activités […] ce genre de publicité renforce la détermination de la femme politique dans son désir d’attirer un maximum d’acteurs britanniques des médias sur le sol bruxellois. […] en ce qui nous concerne, nous avons déjà démarré nos actions en 2016, juste après le référendum

[…] J’ai donc décidé de cibler trois secteurs économiques particulièrement sensibles au Brexit, à savoir les fintechs, les sciences du vivant et l’audiovisuel en proposant Bruxelles comme une alternative crédible et complémentaire à Londres. Je considère d’ailleurs l’accueil des diffu-seurs britanniques sur notre territoire comme une vraie plus-value pour l’éco-système bruxellois.»

[…] cette vaste opération de séduction à l’égard des chaînes établies au Royaume-Uni s’inscrit également dans le souhait de Cécile Jodogne de construire une cité des médias à Bruxelles.

[…] «Sur les 36 derniers mois, le nombre d’entreprises britanniques qui se sont établies à Bruxelles a doublé par rapport aux 36 mois précé-dents, précise Cécile Jodogne.

[…] «J’ai fait de la responsabilité sociétale des entreprises le fil rouge de ma politique en Commerce extérieur […] c’est aussi ce qui a fondé mes décisions d’annuler certains voyages dans des pays où les droits humains sont bafoués par les gouvernements en place, comme les Philippines ou le Myanmar. […] la responsabilité sociétale des entreprises sera de nouveau mise à l’honneur lors de la prochaine mission économique de la secrétaire d’Etat au Sénégal du 20 au 23 mars prochain.

07/03/2019

Extrait de l'article publié par La Libre ce mercredi 6 mars 2019

[…] Dans une note présentée ce mercredi au gouvernement bruxellois, la Secrétaire d'Etat Cécile Jodogne (Défi) a ainsi élaboré l'inventaire de ce que devra faire la Région Capitale dans les prochaines semaines pour maintenir les droits de ses ressortissants britanniques au moins jusqu'au 31 décembre 2020. Concrètement, il faut trois mesures :

1) une ordonnance créant une fiction juridique en matière de fiscalité régionale, qui maintient le Royaume-Uni dans l’Espace Economique Européen jusque fin 2019,

2) un arrêté du gouvernement bruxellois prévoyant l’exemption pour les permis de travail et les cartes professionnelles d’une durée de moins de 90 jours pour les Britanniques jusque fin 2020 et

3) un (ou des) amendement(s) à la proposition d'ordonnance relative à la reprise des allocations familiales soumise à l’assemblée réunie de la COCOM. […]

Lire l'article en ligne

28/02/2019

Extrait de l'article publié par le Trends du 28 février 2019

[…] Mis à l'agenda de la secrétaire d'Etat bruxelloise au Commerce extérieur, la visite du Garden Santa Fe est surtout un exemple révélateur de la dimension inspirante que peuvent revêtir les missions prin­cières. Cécile Jodogne avait en effet choisi d'axer son pro­gramme mexicain sur une thé­matique qui lui tient à coeur dans la sphère économique: la responsabilité sociétale des entreprises, qui se décline non seulement dans l'attention particulière portée aux droits humains - notamment dans les questions d'égalité de genre - mais aussi dans la promotion du développement du ra bie et de l'éco-construction.
«J'ai accompagné 11 missions économiques princières au cours de man mandat et j'ai toujours trouvé très intéressant de m'ouvrir à d'autres idées et d'autres concepts pour nourrir ma réflexion, explique la secré­taire d'Etat bruxelloise au Commerce extérieur.
Les échanges d'expériences sant essentiels et la Région bruxelloise peut aussi apporter son savoir-faire en la matière. » Lars de la mission princière au Mexique, Cécile Jodogne a en effet pris la parole lors de sémi­naires dédiés à la responsabi­lité sociétale des entreprises et à l'éco-construction pour souli­gner précisément les efforts de la Région de Bruxelles-Capitale sur ces questions.

18/02/2019

Extrait de l'article publié par La Libre le 16 février 2019

[…] De l’autre côté de la Manche, le message est bien passé : la Région bruxelloise fait partie des candidates prêtes à ouvrir grands les bras pour accueillir tous ces diffuseurs. Pendant plus d’une heure, Bruxelles a ainsi fait la liste de ses qualités d’hôte : tax shelter, construction d’une cité des médias au sein de la capitale belge, règlement moins strict dans l’emploi des langues que la Wallonie ou la Flandre pour les diffuseurs, flexibilité du travail dans le secteur audiovisuel de notre pays ou ces fameuses niches fiscales et autres rulings.

[…] À côté des campagnes jugées “plus agressives” de villes comme Amsterdam, Bruxelles a choisi la manière douce (en ciblant trois secteurs, les banques et assurances, les médias et la santé) pour attirer les entreprises britanniques sur son territoire dans le cadre du Brexit. Mais, même en y allant doucement, ce type de démarche prospective n’est pas toujours bien comprise au Royaume-Uni. “Allez-vous continuer longtemps à venir piller notre industrie ?” , demandera ainsi sèchement un représentant de l’agence Bloomberg à la secrétaire d’État bruxelloise Cécile Jodogne (Défi). “Bruxelles ne remplacera jamais la City de Londres, mais nous sommes une alternative complémentaire et crédible” , explique cette dernière. “Notre rôle est de vous sensibiliser en expliquant clairement les atouts concurrentiels spécifiques qu’offre notre Région. […]

13/02/2019

Extrait de l'article publié par La Libre le 13 février 2019

De son côté, Cécile Jodogne est plus claire à ce sujet. Et revendique la seconde place sur la liste Défi à la Région bruxelloise. "Je l’ai dit à Olivier Maingain : si je deviens la première femme sur notre liste régionale, je renonce à mon mandat d’échevine à Schaerbeek."

Lire l'article sur le site de La Libre

01/02/2019

Extrait de l'article publié par La Capitale ce 1er février 2019

[…] on a choisi de faire une communication très ciblée, sur certains secteurs spécifiques, pour lesquels on pensait que Bruxelles avait vraiment des atouts.  […]

À l’automne 2018, nous avons lancé une campagne à Londres, dans des médias professionnels, en se concentrant sur l’audiovisuel, le financier et les assurances et enfin le pharmaceutique. Ce sont trois secteurs qui ont besoin de garder une implantation dans un pays européen. Certaines entreprises ont déjà choisi Bruxelles. Donc oui, on suit ça de près. Je suis un peu la « Madame Brexit » de la Région. […]

Je crois que les Bruxellois ne se rendent pas assez compte de l’image positive que Bruxelles a à l’étranger. […]

[…] on me dit qu’on me voit moins que les autres. Mais je préfère me positionner sur mes actions. Et puis ces dernières années, on m’a vue davantage.

De 80 à 100 missions organisées chaque année

«[…] Deux priorités ont été fixées en dé-but de législature pour l’export : les entreprises bruxelloises de ser-vices (services juridiques ou ban-caires, formation, etc.) et l’Afrique, car, d’après la secrétaire d’État, «c’est un marché trop peu exploré par les entreprises, alors que c’est un marché proche et alors qu’on par-tage avec certains pays la même langue ».

«Les retours des entreprises sont plutôt positifs. Parfois, des entreprises nous indiquent qu’elles ont signé des contrats ou que des contacts se sont créés pour la suite.»

SIAMU

«[…] Il fallait refaire une structure hiérarchique claire, avec un chef et pas deux, clarifier le rôle de chacun. Les pompiers doivent travailler là où ils ont une plus-value, à l’opérationnel, pas à l’administratif. Mais c’est une ré-forme très, très lourde. Il y a énor-mément d’enjeux. On ne peut pas rattraper en trois ans ce qui n’a pas été bien fait pendant 20 ans.»