En visite d'entreprise avec... Cécile JODOGNE

Extraits de l'article publié par le Trends/Tendances du 16 mai 2019

[…] «Je vous emmène à la découverte de la diversité du tissu économique bruxellois. » Au cours de cette matinée d’avril en compagnie de Cécile Jodogne (DéFI), nous passerons des hangars d’une société d’import-export de produits alimentaires, installée au marché matinal bruxellois le long du canal, aux bureaux très modernes d’une start-up logée au 22e étage d’une tour de l’avenue Louise.

[…]  . « Je veux absolument maintenir des activités industrielles conséquentes à Bruxelles, affirme Cécile Jodogne. Nous devons favoriser la mixité des fonctions et toujours veiller à offrir des espaces pour les activités économiques dans le développement urbain.»

Allègements fiscaux

[…] On pourrait ajouter une troisième piste : la fin du régime des voitures de société. Régime qui, selon Cécile Jodogne, « contribue à la congestion automobile ».  DéFI entend compenser alors la perte de pouvoir d’achat des bénéficiaires en étoffant le budget mobilité et en autorisant les employeurs à payer une partie du loyer ou de crédit hypothécaire de leurs travailleurs. […]

[…] Comme nous parlons ici de pouvoir d’achat, précisons que DéFI entend lui donner un coup de pouce de l’ordre de 9,7 milliards d’euros en portant la quotité exemptée d’impôt de 8.120 à 13.670 euros, soit au niveau du seuil de pauvreté, et en ajoutant deux tranches d’imposition afin de rendre la fiscalité belge plus progressive. « Pour reprendre notre slogan, une meilleure progressivité de l’impôt, c’est clairement plus juste, dit Cécile Jodogne. Alléger l’impôt sur le revenu, c’est un cercle vertueux car les travailleurs sont aussi des consommateurs et parce que cela accentue l’écart entre les bas salaires et les allocations de chômage. Mais, bien entendu, il faut aussi veiller à pouvoir assumer le financement des services publics. […]

La start-up bruxelloise qui séduit Microsoft

[…] Dans notre business, c’est essentiel de pouvoir avancer aussi vite. » « Cela montre que les missions économiques et les contacts directs que nos représentants initient peuvent rapporter », ajoute Cécile Jodogne, qui chapeaute ces services en tant que secrétaire d’Etat au Commerce extérieur.

Grâce aux aides publiques...

Pour accompagner les entreprises dans leurs trajectoires, DéFI propose de consolider deux outils récemment lancés par le gouvernement bruxellois : le business pass de croissance et l’aide au recrutement pour projet de croissance économique, qui fournissent aux entreprises « un accompagnement sur mesure ». Le parti préconise aussi un refinancement « significatif » de Finance.brussels et le développement d’un Fonds bruxellois de co-investissement dans des PME prometteuses en mutualisant les apports d’investisseurs publics, privés et/ou citoyens. […]

Les aléas du recrutement

[…] « Dans nos métiers, on apprend en marchant, dit-il. Je veux aider ces jeunes employés à grandir. Je sais qu’ils ne resteront pas 20 ans chez AppTweak et c’est très bien ainsi. » Cette philosophie plaît manifestement à Cécile Jodogne. « C’est vraiment l’esprit que nous aimerions voir se développer, dit-elle. Il est indispensable que les entreprises s’ouvrent et permettent aux jeunes d’avoir l’expérience d’un premier emploi ou d’une formation en alternance. Nous devons réfléchir aux moyens de soutenir celles qui initient de telles démarches. »

Continuer à lire cet article sur le site du Trends/Tendances