Images du jour

Image du jour

Cette semaine, la secrétaire d’Etat Cécile Jodogne a rencontré les représentants de l’AFEM, l’Association des femmes cheffes d’entreprises du Maroc. L’objectif de cette rencontre était de développer des opportunités d’affaires entre les femmes cheffes d’entreprises belges et marocaines, de soutenir un futur partenariat avec l’association bruxelloise Women in Business et enfin de baliser l’organisation d’un événement « Entreprendre au féminin » durant la mission princière de novembre 2018. 

Ce matin, la secrétaire d'Etat en charge du Commerce extérieur a fait le point, lors d'un petit déjeuner, avec les entreprises pour discuter des résultats des trois missions économiques menées depuis un an en Afrique et plus précisément au Togo, au Bénin, en Côte d'Ivoire, au Burkina Faso et au Sénégal. "Je suis très heureuse de constater que ces missions ont créé des opportunités qui se sont transformées en succès", précise Cécile Jodogne. 

Ce petit-déjeuner a également permis de récolter les suggestions des participants, en vue d'optimiser l'organisation des missions et d’augmenter encore davantage les retombées économiques de celles-ci. Ce fut également l’occasion de constater une nouvelle fois à quel point une présence gouvernementale rehausse systématiquement, sur ce continent en particulier, l'impact des missions pour les entreprises bruxelloises. »

L’Association Belge des Femmes Chefs d’Entreprises (ABFCE) a organisé son dîner de gala annuel ce 16 mars. Les bénéfices de cet événement ont été versés à Breast International Group pour soutenir la recherche contre le cancer du sein.

Formations, échanges et événements rassemblent les membres de l’association qui a pour slogan « Seules, nous sommes invisibles. Ensemble, nous sommes invincibles ».

Une cérémonie de remise de prix a été organisée lors de laquelle Cécile Jodogne a remis le prix « porteuse du projet diversité » à Alpha Meta pour son projet « Relooking » et à Saïda Achbouk pour son projet « Pintxos ».

Peut-être avez-vous déjà pu l’expérimenter, la réalité virtuelle est ce nouveau média qui vous plonge dans un univers nouveau, en prolongement du réel, via les outils numériques.

Cette possibilité qui nous est donnée de transformer la réalité visuelle et auditive trouve des applications dans tous les domaines, et pas que dans le secteur des loisirs. Cécile Jodogne en tant que secrétaire d’Etat au Commerce extérieur évoquait ce matin sur les ondes de VivaCité les perspectives de développement s’ouvrant pour le secteur numérique (extrait de l’émission Bruxelles matin à écouter à 1h.49’).

Bon nombre de secteurs d’activité et de professionnels bénéficient de ces nouveaux outils pour la formation, pour des simulations dans le secteur de l’immobilier, de la santé, ou les départements recherche et développement pour ne citer que ces exemples. On pense à des mises en situation virtuelle pour habituer un professionnel à faire face à des situations particulièrement difficiles (secteur médical ou des services de secours).

Des entreprises bruxelloises sont déjà bien implantées dans ce secteur de la réalité virtuelle et participent à des missions ciblées dans les pôles internationaux des technologies du numérique. Cécile Jodogne les accompagne régulièrement avec hub.brussels (Brussels Invest & Export) pour que des partenariats se nouent à l’international. Ces actions sont menées tant pour accompagner nos entreprises à l’exportations que pour susciter l’intérêt d’entreprises localisées dans ces pays à établir une partie de leur activité à Bruxelles.

Ce mercredi 27 février en fin de matinée Cécile Jodogne a rencontré des femmes entrepreneures tunisiennes en vue de faire le point à propos des apports spécifiques, succès et difficultés dans leurs activités entrepreneuriales à l’import et à l’export.

Une dizaine de cheffes d’entreprise tunisiennes ont participé à cette rencontre. La Chambre Nationale des Femmes Cheffes d'entreprise (CNFCE) a été à l’initiative de son organisation. La CNFCE est une Organisation non gouvernementale créée en 1990 sous l’impulsion de l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) rassemble des femmes entrepreneurs de tous les secteurs.

Autour de la table, des entreprises actives dans les secteurs du textile, de l’agro-alimentaire, de la presse magazine, de la consultance, mais aussi la Présidente fondatrice de Mediterravenir qui promeut le dialogue inter-Méditérranéen.

Ce vendredi 9 matin, la secrétaire d'Etat en charge du Commerce extérieur a reçu Son Excellence l'Ambassadeur de la République de Corée en Belgique Monsieur Kim. Cette visite était organisée dans le cadre du suivi de la mission princière organisée en Corée du Sud en juin dernier.

Nous avions déjà souligné l'importance des exportations, tant au niveau des biens que des services. En ce qui concerne les biens, on estime à 22.245.000 d’euros les exportations bruxelloises vers la Corée du Sud en 2016. Au niveau des services, nous estimons que les exportations bruxelloises vers la Corée du Sud avoisinaient 75.000.000 € en 2016.

Depuis cette visite économique, les importants échanges commerciaux entre les deux pays semblent se confirmer. Lors de leur réunion, tant la secrétaire d'Etat que l'ambassadeur de Corée du Sud ont confirmé leur volonté de poursuivre dans cette voie, notamment dans des secteurs clés tels que l'automobile, la mode et les technologies de l'information et de la communication.

Cécile Jodogne a souligné lors de la réunion que le savoir-faire bruxellois et coréen sont complémentaires et peuvent mutuellement se renforcer.

Parallèlement à l'aspect commercial, les relations entre les deux pays sont en constante évolution dans les domaines de la culture et de l'éducation. Suite à la mission princière, un partenariat a d’ailleurs été établi entre une Université coréenne et l'Université Saint-Louis de Bruxelles pour favoriser les échanges étudiants.

Au niveau culturel, le centre culturel coréen est installé dans la capitale belge depuis novembre 2013 et a pour but de présenter la culture, l'art, l'histoire et la société coréenne aux Belges et aux Européens. C'est aussi une excellente ressource pour le développement du tourisme et de l'intérêt public en République de Corée.

Alors que les J.O. de Pyeongchang se sont ouverts ce midi, et que la Belgique est représentée par 22 athlètes, sa plus forte délégation depuis 1936, la secrétaire d’Etat insiste sur le fait qu’elle compte explorer de nouvelles pistes pour favoriser toujours plus les collaborations entre la région bruxelloise et la République de Corée. 

"Il y a exactement un an, nous étions réunis, rassemblant pour la première fois les équipes d'Atrium, d'Impulse et de Bruxelles Invest & Export autour d'un drink convivial. A cette occasion, j'avais dit - et je me paraphrase - : "dans un an, nous lèverons à nouveau notre verre, ici-même, pour célébrer l'accomplissement de ce grand chantier d'intégration"." Tels furent les propos réjouissants de Cécile Jodogne ce mercredi midi, lors de la réception du Nouvel an en compagnie des collaborateurs d'hub.brussels. 

La secrétaire d'Etat en charge du Commerce extérieur a également tenu à rappeler que c'est grâce au dévouement de chacun que le délai a pu être respecté, tout en précisant que même si le gros oeuvre a été réalisé dans les temps, il reste des travaux de finition. 

Madame Jodogne s'est également exprimée sur le fait que la négociation avec le fédéral par rapport au maintien du statut diplomatique se poursuivait, pour que les attachés économiques et commerciaux (AEC) puissent, eux aussi, intégrer l'agence en bonne et due forme. 

Par ailleurs, une série de procédures et de méthodologies à peaufiner suivront. Elles permettront aux différents collaborateurs de se concentrer - de la façon la plus efficace possible - sur leur métier de base qu'est l'accompagnement et le conseil aux entrepreneurs et commerçants présents et futurs sur le territoire bruxellois

"D'ici peu, nous nous réjouirons d'aboutir à un hub.brussels cosy, accueillant et pleinement fonctionnel", a-t-elle ajouté. 

Au niveau des défis en lien avec le commerce extérieur, Cécile Jodogne compte dorénavant sur la nouvelle agence pour continuer à relever les défis en la matière : "je suis convaincue que les compétences fusionnées des trois organismes composant hub.brussels permettront d'offrir un accompagnement encore mieux coordonné aux investisseurs étrangers et aux exportateurs bruxellois".

C'est donc un travail sur le long terme qui nécessite patience, détermination, enthousiasme et volonté. Pour y arriver, il restera à fixer les objectifs, guider et rester à l'écoute de tous, tout en offrant les moyens humains et financiers permettant de répondre aux exigences de l'efficacité, de la transparence et de la bonne gouvernance.