Pourquoi Bruxelles attire les exilés de la City

Extraits de l'article paru dans le Trends du 27 juillet 2017

[…] Toujours au niveau politique, mais à l’échelon bruxellois cette fois-ci, la Région dispose depuis quelques mois d’une plate-forme Brexit afin de veiller à la coordination des actions des différents ministres bruxellois et des organismes régionaux (Bruxelles Invest & Export, etc.). Créée à l’initiative de la secrétaire d’Etat bruxelloise au Commerce extérieur Cécile Jodogne (Défi), cette plateforme a pour objectif de mettre en avant les atouts de Bruxelles par rapport aux autres pays européens.

Siège de très nombreuses organisations internationales et européennes, la capitale belge est bien évidemment l’endroit par excellence où il faut être pour ceux qui veulent influencer les régulations et les lois qui façonnent le marché unique européen. Outre cet aspect lié au lobbying, il y a aussi la proximité géographique avec Londres (facile d’accès grâce à l’Eurostar), des ressources humaines qualifiées et multilingues, une bonne qualité de vie (offre culturelle et gastronomique, écoles internationales), etc

[…] selon Cécile Jodogne, « on ne connaît pas forcément les nombreux autres atouts de Bruxelles qui , malgré la crise de 2008, demeure une place respectable dans de nombreux secteurs tels que la finance et les technologies », dit-elle, soulignant par ailleurs la bonne collaboration entre les différents niveaux de pouvoir en matière de promotion de la place bruxelloise à l’étranger. Le secteur peut en effet faire valoir son know-how en matière de back office et de paiements électroniques avec l’implantation d’acteurs internationaux tels que Swift, Euroclear, et Mastercard. Un séminaire a d’ailleurs été organisé à l’ambassade belge à Londres à destination des institutions financières pour mettre en avant ce savoir-faire technologique, autour duquel se greffe aussi aujourd’hui le vivier des fintechs et la plateforme B-Hive qui connecte Bruxelles avec Londres, New York et Tel Aviv.

[…]