Motion en conflit d'intérêts contre la réforme de la protection civile

Extrait de l'article publié par Le Soir ce 14 décembre 2018

[…] Après avoir battu en brèche cette décision durant plus d’un an – un recours contre la réforme, non traité à ce jour, a notamment été déposé devant le Conseil d’État –, la secrétaire d’État bruxelloise en charge de la Lutte contre l’incendie et l’Aide médicale urgente, Cécile Jodogne (Défi), estime aujourd’hui qu’il est temps de sortir les « grands moyens ». C’est pourquoi, avec l’accord du gouvernement bruxellois, elle informera ce mercredi le comité de concertation (l’organe de discussion entre les ministres fédéraux, communautaires et régionaux) du dépôt d’une motion en conflit d’intérêts contre les arrêtés relatifs à la rationalisation des casernes. Dès sa réception par le fédéral, cette motion aura pour effet de geler pour 60 jours l’entrée en application de la réforme, et donc la fermeture des quatre casernes concernées.

Pour Cécile Jodogne, les mesures proposées pour Bruxelles en compensation de la fermeture de la caserne de Liedekerke sont en effet jugées trop maigres. Le plan de Jan Jambon prévoit notamment que ce soit le Siamu (le Service d’incendie et d’aide médicale urgente) bruxellois qui reprenne à sa charge une partie des missions de la protection civile. « On nous a promis des moyens pour un peu de personnel, un peu de matériel, mais cela ne permettrait en rien d’assurer les missions de secondes ligne » fait-elle savoir. À la place, la Région bruxelloise réclame l’installation d’une véritable caserne de la protection civile sur son territoire ou dans sa périphérie. Coût estimé, selon elle : 21 millions d’euros, auxquels il faut rajouter 15 millions d’euros de frais récurrents.

Avec le gel de l’entrée en application de la réforme, la Bruxelloise joue donc sa dernière carte pour tenter de renégocier à son avantage les textes avec le fédéral. Un rêve éveillé ? Alors que le poste de ministre de l’Intérieur vient d’échoir à Pieter De Crem (CD&V), Cécile Jodogne dit encore croire à la possibilité d’un virage à 180 degrés. « J’espère pouvoir attendre de sa part une attitude responsable. »